POULET DE CHAIRE

I-GENERALITES

 

  • Importance
  • Activité très rentable qui peut être menée avec des revenus modestes ;
  • Véritable source de revenus ;
  • Requiert la maîtrise et le respect des règles d’élevage

 

  • Principes fondamentaux
  • Elever les poulets de même âge ;
  • Respecter les normes de densité ;
  • Limiter l’accès des personnes étrangères et des autres animaux domestiques dans l’élevage ;
  • Respecter les heures de distribution de l’aliment et de l’eau ;
  • Eviter toute rupture d’aliment ou d’eau
  • Observer une période de repos des locaux d’au moins 15jours entre 2 bandes successives ;
  • Surveiller le comportement des poulets

 

II – BATIMENT ET EQUIPEMENT

2.1. Habitat ou poulailler

ü  Choix du site Terrain bien drainé, non inondable ou sec et perpendiculaire aux vents dominants, pour une bonne ventilation. Le site doit être éloigné des habitations et proche d’un centre urbain et d’un point d’eau permanent. L’accès doit être facile

 

  • Caractéristiques du poulailler
    • Mur : Le bâtiment est composé d’une murette de 0,60 m de haut en briques surmontée d’un grillage à mailles fines de 1,90 à 2 m de haut.
    • Sol : le sol doit être bétonné, lissé et avoir 10 cm d’épaisseur. Il doit être légèrement en pente.
    • Toiture : assez haute pour ne pas transmettre la chaleur :

                2,5m pour les faces latérales

   4,75m pour le sommet de la toiture

  • Largeur ne doit pas dépasser 6m pour assurer une bonne traversée de l’air
  • si la longueur du bâtiment est inférieure  à 10 m, on conseille une toiture à une pente.
  • Charge du poulailler : A terme (croissance-finition) :10 poulets/ m2

 

2.2. Equipement

2.2.1.  Matériel de chauffage.

Pendant leur jeune âge, les poussins ont besoin de chauffage. Pour ce faire, le matériel le plus utilisé est le radiant ou éleveuse à gaz.

  • Radiant ou éleveuse à gaz : permet le chauffage de 500 poussins : matériel le plus utilisé pour les grands effectifs.
  • Lampe tempête : il est prévu une lampe pour 50 poussins. Elle doit être protégée par un grillage qui isole des poussins.

2.2.2. Matériel d’alimentation

Il s’agit des mangeoires et abreuvoirs. Ils doivent être en nombre suffisant et adapté à l’âge des animaux.  Il existe des mangeoires et abreuvoirs de 1e et 2e âge.

  • Mangeoire
    • Mangeoire 1er âge : utilisée du 1er au 15ème jour pour 50 sujets
    • Mangeoire 2ème âge : elle est utilisée du 16ème  jour à la fin de la bande (45 à 50 jours) pour 30 sujets.

En ce qui concerne les mangeoires, les types les plus rencontrés sont les mangeoires linéaires et les trémies.

  • Abreuvoir

 Dans tous les cas, il faut 1 abreuvoir pour 50 sujets :

  • abreuvoir 1er âge (jusqu’à 15 jours) pour 50 poussins ;
  • abreuvoir 2er âge (10litres) pour 50 poulets

 

2.2.3. Matériel accessoire ou petit matériel

– 1 thermomètre mini-maxi ;

– 1 balance pour pesage de l’aliment et des poulets ;

– Des seaux pour la distribution de la nourriture ;

– Des brouettes, pelles, bottes ou sandales.

 

  • Magasin

Il est recommandé de prévoir un magasin pour le stockage de l’aliment et autres matériels.

 

  • Logement du personnel

Indispensable pour le volailler qui assure les travaux quotidiens et le gardiennage de l’exploitation.

III – ALIMENTATION

C’est le facteur le plus important et le plus coûteux de tout élevage. Pour l’alimentation du poulet de chair, on utilise des aliments complets de type industriel composés de :

  • farine de maïs
  • farine de poisson
  • tourteaux (coton, soja, copra)
  • prémix (vitamines et minéraux)

On distingue trois (3) types d’aliments en  fonction de l’âge et des besoins nutritionnels du poulet :

 

  • Aliment démarrage ou de 1er âge : Distribué du 1er au 14e jour soit environ 1,2 kg par sujet

 

  • aliment de croissance ou de 2ème âge : Distribué du 14e au 28e j  jour soit environ 2 kg par sujet
  • aliment de finition : Distribué à partie du 28e jour jusqu’à la vente.

 

La provende est toujours conditionnée en sacs de 50kg.

Ainsi, 100 poulets de chair consomment au bout de 45jours en moyenne :

  • 50kg (soit 1sac) d’aliment de démarrage ;
  • 100kg (2 sacs) d’aliment de croissance ;
  • 250kg (5sacs) d’aliment de finition

 

Remarques : la transition d’un type d’aliment à l’autre  doit se faire progressivement pendant 3 à 4 jours.

 

  • Exemple:

Pour passer de l’aliment de démarrage à l’aliment de croissance on donne :

  • 1e jour : 2/3 aliment démarrage et 1/3 aliment croissance
  • 2e jour : ½ aliment démarrage et ½ aliment croissance
  • 3e jour : 1/3 aliment démarrage et 2/3 aliment croissance
  • 4è jour : aliment de croissance uniquement

 

Même scénario quand on passe de l’aliment de croissance à la finition

 

L’aliment et l’eau fraîche doivent être disponibles à volonté

 

IV – PRODUCTION
  • Objectif : Produire dans les bonnes conditions, un poulet de 1,8 à 2kg de poids vif au bout de 45 jours avec 4kg d’aliment et un indice de consommation de 2,2. Le taux de mortalité acceptable est de 5%.

L’élevage de poulet de chair comprend trois (3) phases ;

  • phase de démarrage : 1e au 14e jour ;
  • phase de croissance : 14e au 28e jour ;
  • phase de finition à partir du 28e
  • Etapes de la production

4.1. Litière

Elle est à base de paille de riz ou de copeaux et doit être étalée sur toute la surface du poulailler (10 m d’épaisseur). La litière joue un rôle d’isolant et d’absorption des liquides. Elle limite le contact des poussins avec leurs excréments.

4.2.  Réception des poussins

Pendant leur installation dans le poulailler, il faut contrôler la qualité des poussins en vérifiant :

  • S’il n’y a pas de traces de diarrhées ;
  • Si certains n’ont pas l’abdomen enflé ;
  • S’il n’y a pas de cas de paralysie.

Ces différents signes sont révélateurs de maladies

Ensuite, il faut vérifier la répartition des poussins dans le poulailler : s’ils sont blottis dans un coin, penser à régler le chauffage et vérifier le courant d’air.

4.3. Chauffage

Les premiers jours de leur vie, les poussins n’ont pas encore de plumes (uniquement des duvets) pour assurer leur protection contre le froid. Par conséquent, il convient de les chauffer de façon artificielle à l’aide un radiant à gaz suspendu au-dessus des poussins.  Il doit être réglé pour procurer une température homogène de 34°C au sol pendant la première semaine.

Ensuite, la température est réduite de 2°chaque semaine jusqu’à la 3e semaine à partir de laquelle le chauffage est suspendu. 

Un chauffage correct des poussins se manifeste par leur répartition homogène dans le poulailler.

4.4. Eclairage

Le poulailler doit être éclairé la nuit pour permettre au poulet de s’alimenter jour et nuit afin de lui assurer une croissance et un engraissement rapide.

Ainsi, les 10 premiers jours, l’éclairage se fait 24h/24 à une intensité correspondant à 2 ampoules de 40W pour 500 poulets. Par la suite, 1 ampoule de 40W suffit pour l’éclairage, avec une suspension de la lumière pendant 2heures chaque jour.

Pendant la 1e  semaine de démarrage, il faut éviter les courants d’air dans le poulailler en fermant les ouvertures avec de la toile en plastique. A partir de la 2e semaine, commence la ventilation par des ouvertures progressives.

V – PRINCIPALES MALADIES DU POULET DE CHAIR

Maladie

Manifestations

Conduite à tenir

La maladie de NEWCASTLE

(Pseudo-peste aviaire)

Diarrhée verdâtre

Manque d’appétit

Toux, râles, suffocation

Torticolis, déséquilibre et mort

Traitement préventif par la vaccination car il n’existe aucun traitement

La maladie de GUMBORO

Forte fièvre

Diarrhée blanchâtre

Prostration

Plumage ébouriffé et mort

Traitement existe mais pas toujours efficace

La vaccination permet de protéger les animaux

La Salmonellose

Diarrhée verdâtre

Perte d’appétit

Plumage ébouriffé

Forte consommation d’eau

 

Faire un traitement

 Ou vacciner les animaux

(vaccin  existe)

La Coccidiose

Diarrhée sanguinolente

Amaigrissement

Pâleur du bec et des pattes

 

Traitement préventif : administration d’anticoccidiens

Les parasitoses internes (ascaris, hétérakis..)

Retard de croissance

Traitement : utilisation de vermifuge

Les parasitoses externes (poux, puces..)

Anémie

amaigrissement

Déparasitage externe des poulets par poudrage de la litière  (SEPOU)

 

VI – PROPHYLAXIE

L’ensemble des mesures qui permettent d’éviter  l’apparition et la propagation des maladies. On distingue : la prophylaxie sanitaire et la prophylaxie médicale.

 

  • Prophylaxie sanitaire  ou biosécurité

 

  • Hygiène de l’habitat et du matériel

Le poulailler est un lieu de prolifération des germes de maladies car les poulets vivent concentrés en un même lieu où ils déposent leurs excréments. Cela favorise la propagation des maladies.

C’est pourquoi, avant la mise en place de toute bande, il faut faire le nettoyage et la désinfection afin de débarrasser le poulailler et son environnement, des microbes et parasites.

 

  • Nettoyage

Il est indispensable de veiller à l’hygiène du poulailler et du matériel (enlèvement de la litière, nettoyage des abreuvoirs, mangeoires…) à la fin de chaque bande (50 – 60 jours)

  • Balayage et lavage du poulailler
  • nettoyage des murs, sols et plafonds
  • tremper le matériel pendant plusieurs heures dans l’eau savonneuse puis les rincer et les sécher au soleil

 

  • Désinfection

Elle se réalise en deux (2) phases :

1e phase : juste après le nettoyage du poulailler, par pulvérisation d’un mélange : eau de javel + crésyl + soude + eau sur les  toutes les surfaces du poulailler ;

2e phase : une semaine après la première désinfection.

 

Après nettoyage et désinfection, faire un vide sanitaire de 15 jours (laisser le poulailler au repos pendant 15 jours)

 

  • Hygiène du personnel

Indispensable et nécessaire car le personnel et les visiteurs avertis et non avertis sont responsables des maladies d’un élevage à un autre, en transportant des germes pathogènes.

A l’entrée du poulailler, il est  donc conseillé d’installer un pédiluve (bassine contenant de l’eau et du crésyl) pour tous les visiteurs et éleveurs qui entrent ou sortent, afin de tremper les  pieds dans cette solution. Ensuite, se laver les mains avec de l’eau savonneuse après chaque visite.

 

  • Prophylaxie médicale

Elle repose essentiellement sur la vaccination et les traitements préventifs. La vaccination ne peut être réussie  que si les règles de conservation et d’administration du vaccin sont respectées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Exemple de programme de prophylaxie du poulet de chair)

 

Jour

Opérations

1

Vaccin HB1 + Antistress

2

Antistress

3

Antistress

8

Vaccin GUMBORO + Antistress

9

Antistress

10

Antistress

21

Rappel HB1 + Antistress

22

Antistress

23

Antistress

28

Rappel GUMBORO + Antistress

29

Antistress

 

VII- SUIVI DES PERFORMANCES

Il est doit être régulièrement noté sur une fiche de suivi, les informations suivantes :

  • La quantité d’aliment et d’eau distribuée ;
  • le poids moyen hebdomadaire des poulets qui doivent être pesés chaque semaine (échantillon 10%) ;
  • les dépenses effectuées quotidiennement ;
  • les autres observations.

 

LAISSEZ VOTRE MESSAGE

Copyrights ® 2019 ANADER